Lorsqu’il a entamé l’aventure du Centre de valorisation de l’aliment (CVA Estrie), Ashley Wallis ne savait pas comment son projet serait perçu par les acteurs du domaine de l’alimentation. Son concept unique au Québec, mais bien établi chez nos voisins du sud, connait finalement un franc succès. Le bilan de cette première année d’activités est positif et l’homme d’affaires sherbrookois prévoit maintenant agrandir le bâtiment au cours de l’année 2021.

Quelque 50 commerces et entrepreneurs dans le domaine de l’alimentation utilisent les services du CVA Estrie, que ce soit pour l’entreposage, l’entreposage réfrigéré, l’utilisation des cuisines et équipements ou pour louer un espace permanent. Un lieu pour des ateliers et des formations est aussi disponible. Des entreprises bien établies et d’autres en démarrage ont leur espace au CVA Estrie, dont le Siboire (pour l’entreposage de leurs fruits qui servent à la fabrication de bières), le restaurant O’Chevreuil (pour la confection de leur nouveau produit O’Sirop), ainsi que les jeunes entreprises Djodjo Kombucha et Les Grenailles, qui louent des espaces pour leur production.

«Il s’agit principalement de gens qui fournissent le secteur des épiceries, explique Ashley Wallis. Il y a beaucoup moins d’engagements financiers avec le CVA Estrie pour les nouvelles entreprises qui se cherchent un endroit pour la production ou l’entreposage. Il devient plus facile par la suite d’avoir du financement et ainsi accélérer le processus de développement de l’entreprise. »

Afin de répondre à une forte demande, une phase 2 sera enclenchée en 2021. « Nous planifions présentement un agrandissement de la bâtisse. Dans le meilleur des mondes, on commencerait à creuser cet été », souligne l’entrepreneur sherbrookois, ajoutant que les entrepreneurs dans le milieu alimentaire qui se cherchent un local peuvent écrire à info@cvaestrie.com pour plus d’information.

La ferme urbaine  VERTige, créée en 2012 par Ashley Wallis et David Dostie Blais, se trouve aussi sous le toit du CVA Estrie. Spécialisée dans la germination et les pousses sur terreau biologiques, l’entreprise sherbrookoise a récemment élargi ses activités avec une nouvelle gamme agroalimentaire englobant du tofu mariné et des végépâtés faits sur place.

Ces nouveaux produits sont disponibles entre autres à la Boutique Origine, qui se trouve directement au CVA Estrie. Les amoureux de produits estriens sont nombreux à visiter régulièrement l’endroit. Il s’agit d’une belle surprise pour le propriétaire. « On ne s’attendait pas à autant de succès! L’emplacement qui est un peu éloigné sur le boulevard Bourque me faisait douter, en ce qui a trait à l’achalandage, mais les gens ont visiblement mis notre nom dans leur carnet d’adresses. »

L’engouement pour l’achat local, qui s’est grandement accentué avec l’arrivée de la COVID-19, a certainement aidé à ce succès. «Lorsque la COVID-19 a frappé, en mars dernier, on s’est inquiété et on s’est demandé comme tout le monde ce qu’on allait faire. Mais rapidement, l’achat local a été mis de l’avant et même les gouvernements en ont fait la publicité, ce qui a donné une visibilité inattendue aux produits locaux. Les gens sont plus conscients que jamais de l’importance d’encourager le local. Ils sont prêts à découvrir et à faire confiance aux entreprises d’ici. Je crois que notre sélection de vins québécois a aussi aidé à faire découvrir aux clients la boutique. »

Notons que le concept de boites-cadeaux collaboratives, tels que les boites de Noël style 5@7 créée avec la collaboration du O’Chevreuil, se développera davantage au cours de la prochaine année. « C’est un concept qui fonctionne vraiment bien et on se penche présentement sur la création d’une formule en continu avec différentes entreprises », conclut Ashley Wallis.

Pour plus de détails sur cette entreprise sherbrookoise, rendez-vous au cvaestrie.com.

 

Photo : Ashley Wallis, propriétaire du CVA de l’Estrie. (Crédit photo : Sophie Vachon)